Connec'Sion - Professionnels High-Tech Juifs de France
Inscription à la newsletter







Partager

À L´AVENIR, LE DIAGNOSTIC DU CANCER SE BASERA PEUT-ÊTRE SUR QUELQUES MILLILITRES SEULEMENT DE SANG, EXPLIQUE UNE ÉQUIPE DE CHERCHEURS AU TECHNION DIRIGÉE PAR LE PROFESSEUR ARIE ADMON


Mercredi 19 Janvier 2011

Une équipe de chercheur israélien met en évidence une série de marqueurs protéiques présents dans le sang qui permettrons une facilité accrue dans la détection des cancers.




Titre original : À L´AVENIR, LE DIAGNOSTIC DU CANCER SE BASERA PEUT-ÊTRE SUR QUELQUES MILLILITRES SEULEMENT DE SANG, EXPLIQUE UNE ÉQUIPE DE CHERCHEURS AU TECHNION DIRIGÉE PAR LE PROFESSEUR ARIE ADMON
Source : israelvalley
Pour plus de renseignement : technion

« À l´avenir, le diagnostic du cancer se basera peut-être sur quelques millilitres seulement de sang », explique une équipe de chercheurs au Technion dirigée par le Professeur Arie Admon. Dans une étude publiée récemment dans les Actes de l´Académie Nationale des Sciences, des scientifiques décrivent une nouvelle source de biomarqueurs dérivés du sang qui pourrait permettre de détecter des rechutes et d´identifier plusieurs types de cancers. Cette technique pourrait aussi « offrir une quantité suffisantes de renseignements permettant l´élaboration de traitements personnalisés du cancer », explique Admon.

Les biomarqueurs se composent de molécules immunitaires appelées «HLA» et de leur cargaison de peptides – des fragments de protéines dégradées – qu´elles transportent jusqu´à la surface des cellules tumorales. Puisque les cellules cancéreuses libèrent de grandes quantités de molécules HLA, « il est possible de diagnostiquer différentes maladies, y compris le cancer, en analysant les peptides transportées par les molécules de HLA solubles ».

En général, les HLA transportent ces peptides vers la surface de la cellule afin de les faire examiner par les cellules immunitaires du type «T»; mais une petite partie de ces molécules HLA est libérée par ces cellules dans le sang. Le Professeur Admon et ses collègues ont démontré que ces molécules HLA libérées dans le sang portent toujours leur cargaison de peptide.

La méthode a été jusque-là testée sur du sang de patients souffrant de myélome multiple et de leucémie, de personnes en bonne santé ainsi que sur des cellules cancéreuses cultivées an laboratoire. Si cette procédure est validée par d´autres phases de tests, disent les chercheurs, elle pourrait « devenir le fondement d´un diagnostic simple et universel du cancer à base d´analyse sanguine ».

« Nous souhaitons obtenir une détection précoce, offrant un meilleur pronostic, la détection de rechutes et de meilleurs renseignements pour l´élaboration de traitements personnalisés, explique le Professeur Admon; mais il s´agit là de buts à long terme. Parmi ces buts, le premier objectif réalisable serait probablement la détection de rechutes. »

D´autres chercheurs ont suggéré que le flux des complexes HLA-peptides libéré par les cellules cancéreuses aiderait le cancer à tromper le système immunitaire, car il sert, selon le Professeur Admon, « à bloquer et confondre les cellules T anticancéreuses ».

Association Technion France
46, rue de l’Amiral Hamelin – 75116 Paris
Tél : 01 40 70 13 28 – Fax : 01 40 70 16 79
Email : muriel.touaty@technionfrance.org
[Website : ] www.technionfrance.org ou www.technion.ac.il
.technionfrance.org ou www.technion.ac.il

Muriel Touaty
Directrice Générale






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

High-Tech | Médecine | Sciences | Economie




KIKAR HABUSINESS

Derniers connectés
Jerusalem Immobilier JERUSALEM IMMOBILIER
Deborah HOSATTE
IDEAL Immobilier JÉRUSALEM
Ronny RUBIN
YAELLE AMSELLEM
Catherine ADIDA
David LEVENS
Jean-Luc MORDOH
Sografik SOGRAFIK
Yohan COHEN