Connec'Sion - Professionnels High-Tech Juifs de France
Inscription à la newsletter


Recherche



Galerie Video
Israël
19/01/2009 | 2118 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Israël
13/01/2009 | 2494 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Israël
12/01/2009 | 2346 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire








Partager

Agenda militant : septembre 2011, l'automne des Nations Unies."


Mardi 6 Septembre 2011

D’après « Comment gagner – et comment perdre – en Septembre ? » par Gil Troy
Jerusalem Post, 23 Août 2011

Gil Troy est professeur d’Histoire à l’Université de McGill et un membre de l’Institut de recherches Shalom Hartman à Jérusalem.




Agenda militant : septembre 2011, l'automne des Nations Unies."
Tout comme les Palestiniens se préparent à essayer de contourner les négociations et à éviter le compromis en déclarant unilatéralement leur indépendance en septembre, de nombreux activistes et militants sionistes s’y préparent également.

Si l’Assemblée Générale procède au vote, Israël sera perdant car l’orientation anti-israélienne de l’ONU continuera de nourrir l’extrémisme palestinien.

Ainsi la déclaration de l’ONU de 1975 stipulant que le sionisme est une forme de racisme n’a-t-elle pas nui autant à l’organisation mondiale qu’elle n’a nuit à l’Etat juif ? 

Nous, qui soutenons la survie d’Israël et cherchons une paix authentique, pouvons gagner en septembre.  En utilisant intelligemment le calendrier, et en se souvenant de ce que nous soutenons et non de ce à quoi nous nous opposons, nous pouvons faire de cette saison palestinienne à l’ONU une victoire creuse pour les Palestiniens, l’emporter sur les votes des dictateurs et leurs tromperies avec le scandale d’un peuple-qui-aime-la-liberté, et renouveler l’appréciation envers Israël parmi les Juifs et non-Juifs.

Cet automne, nous devrions arrêter de redouter ce qui peut arriver. Le calendrier est notre ami.

Durant chacune des 5 semaines débutant le 28 Août, les activistes et militants sionistes choisirons un ou deux thèmes – liant éducation et plaidoyer, positif pur et nécessaire défensif, aspiration et histoire.

Réaffirmons la pertinence constante et la puissance du sionisme pour les Juifs aujourd’hui, de même que la recherche continue d’Israël pour la paix.

La première semaine, du 28 août au 03 septembre, nous devrions réaffirmer le sionisme – et combattre le mensonge du racisme. Pendant trop longtemps, un nombre trop important d’activistes pro-israéliens ont évité de se faire appeler « sionistes », internalisant inconsciemment la campagne systématique organisée pour délégitimer le nationalisme juif et la patrie juive. Sur les campus,  dans les synagogues, sur Facebook et ailleurs, nous devrions réintroduire de nouveau ce terme soutenant ainsi l’identité sioniste en faisant du sionisme le grand projet du peuple des juifs modernes.

Le sionisme reconnaît que le judaïsme n’est pas seulement une religion, mais contient une composante du peuple national qui s’exprime aujourd’hui à travers notre patrie traditionnelle d’Israël.

Le côté plaidoyer liera la haine destructrice – et autodestructrice - des Palestiniens d’Israël avec la débâcle de Durban, le terrorisme du 11 Septembre, l’anti-américanisme d’Al-Qaïda, et la corruption de l’ONU – révélés au plein jour à l’approche de septembre. 

Simultanément, la semaine allant du 31 août au 8 septembre, 10 ans après le fiasco de Durban, alors qu’une conférence contre le racisme qui se tenait à Durban en Afrique du Sud en 2001 a dégénéré en manifestation antisioniste et antisémite, nous devrions expliquer que le conflit israélo-palestinien est national et non racial. Qualifier le sionisme de « racisme », ou comparer Israël au régime discrédité de l’Apartheid en Afrique du Sud est un mensonge réunissant aveuglément gauchistes et islamistes, de façon parfaitement incohérente.

Du 4 au 10 septembre, nous devrions commémorer les 10 ans du 11 septembre, en mettant en relief les valeurs partagées et la douleur commune à l’âge du terrorisme. Nous devrions penser aux victimes, raconter les histoires des nombreux Israéliens et des nombreux occidentaux assassinés sans pitié pour des raisons politiques durant la dernière décennie. Nous devrions aussi penser à ce qui unit Israël et les pays occidentaux, comme « démocraties sœurs », en nous concentrant sur les valeurs malsaines et perverses que mettent en avant les islamistes et les dictateurs, ainsi qu’aux vulnérabilités sécuritaires qui en résultent et qui sont exploitées par les malfaiteurs.

Du 18 au 24 septembre, nous devrions nous concentrer sur les Nations Unies,avec l’ouverture de l’Assemblée Générale le 13 septembre, sur le président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas qui prévoit de parler le 20 et la conférence contre le racisme Durban III, qui commencera le 21 septembre.

Accueillir la conférence de Durban III à New York City, 10 jours après le 11 septembre, alors que la laideur de Durban a aussi aidé à construire un lien entre anti-américanisme et antisionisme, juxtapose l’appel d’indépendance des Palestiniens à l’ONU avec les préjugés antisémites et contre la paix des Nations Unies.

La gauche sioniste, favorable à la paix, devrait être entendue, défiant les Palestiniens à négocier, tout en critiquant les Nations Unies et les Palestiniens pour mettre en péril la recherche de la paix en essayant de délégitimer Israël plutôt que de chercher une solution pour deux Etats.

Depuis 1975, il est impossible d’écrire l’histoire du mouvement visant à délégitimer Israël sans parler des Nations Unies mais il est très aisé d’écrire sur les tentatives de paix au Proche-Orient sans mentionner les Nations Unies.

Finalement, nous devrions faire du 29 et du 30 septembre un Rosh Hashanah sioniste pour finir le mois de septembre en beauté.

Les pays, comme les peuples, font des erreurs – et peuvent chercher la rédemption.

Tout comme le véritable amour de la famille implique d’accepter les imperfections, nous devons libérer Israël de sa liberté surveillée, le forcer à s’améliorer lorsque c’est nécessaire tout en célébrant cette expérience excitante de rédemption nationale et cette démocratie occidentale appelée Israël, qui incarne des valeurs démocratiques et juives nobles, enrichissant nos vies en tant que Juifs attachés à la liberté.

D’après « Comment gagner – et comment perdre – en Septembre ? » par Gil Troy

Jerusalem Post, 23 Août 2011

Gil Troy est professeur d’Histoire à l’Université de McGill et un membre de l’Institut de recherches Shalom Hartman à Jérusalem. L’auteur de « Pourquoi suis-je sioniste : Israël, l’identité juive et les défis d’aujourd’hui », son prochain livre sera « Le mensonge Big Red : Daniel Patrick Moynihan, sionisme égale racisme et l‘automne des Nations Unies ». 
 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

France | Israël | Reste du Monde | Info / Intox




KIKAR HABUSINESS

Derniers connectés
Jerusalem Immobilier JERUSALEM IMMOBILIER
Deborah HOSATTE
IDEAL Immobilier JÉRUSALEM
Ronny RUBIN
YAELLE AMSELLEM
Catherine ADIDA
David LEVENS
Jean-Luc MORDOH
Sografik SOGRAFIK
Yohan COHEN