Connec'Sion - Professionnels High-Tech Juifs de France
Inscription à la newsletter







Partager

Auschwitz : questions sans réponses, par Haïm Musicant


Samedi 30 Janvier 2010

Que ressent-on quand on participe à la commémoration officielle de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau ?




Auschwitz : questions sans réponses, par Haïm Musicant
Les pensées s’entrechoquent, les idées ont du mal à se mettre en place.
 
Face à cette immensité enneigée sur laquelle le soleil brille de façon indécente, ce 27 janvier 2010, mais ne parvient pas à faire remonter la température qui oscille entre moins vingt et moins dix-sept degrés, on médite, on s’interroge, on se désespère peut-être aussi.
 
Comment et pourquoi une telle tragédie organisée industriellement a-t-elle été possible au vingtième siècle, promis au progrès et à la culture ?
 
Dieu était-il absent, ou comme l’a dit Jorge Semprun, « tant qu’il y aura des hommes, il y aura Dieu » ? Comment des déportés ont-ils pu trouver la force de résister au froid, à la faim, à la maladie, aux supplices ? Comment la perversité humaine a-t-elle pu concevoir des camps d’extermination, des chambres à gaz, des fours crématoires… concevoir une « solution finale » ? Comment ne pas admirer Simone Veil, Yvette Levy, Jules Fajnstan et d’autres rescapés, revenus soixante-cinq ans plus tard sur le lieu du plus grand des crimes ? Comment ne pas rendre hommage à Elie Wiesel, Serge Klarsfeld, Claude Lanzmann et tous ces passeurs de mémoire ?
 
Comment ne pas se dire que nous sommes trop souvent englués dans le dérisoire ? A Auschwitz, tous les juifs étaient égaux : les pauvres et les riches, les croyants et les incroyants, les ashkénazes et les sépharades…
 
Et tant d’autres questions sans réponses…
 
En écoutant les propos de Donald Tusk, le Premier ministre polonais (« pourquoi le monde n’a-t-il rien fait ? »), on peut s’interroger et on doit se révolter face aux nouveaux silences et aux nouvelles lâchetés qui pèsent sur le monde, et pas seulement sur Israël et les juifs.
 
Benjamin Netanyahu a apporté le discours ferme qu’on attendait. En hébreu, le Premier ministre israélien  a pris un engagement : ne jamais permettre que « de mauvaises mains étranglent à nouveau le peuple juif ».
 
Haim Musicant
 
Photo : D.R.
Source : [www.crif.org]url:http://www.crif.org







1.Posté par SARAH WOJAKOWSKI le 05/02/2010 11:29
Je cite: "à Auschwitz, tous les juifs étaient égaux : les pauvres et les riches, les croyants et les incroyants, les ashkénazes et les sépharades…"
Non nous n'avons pas été "tous égaux", puisque les FFDJF n'ont pas eu le badge "délégation française", et ont dû rester dans le froid tout le temps qu'a duré la cérémonie officielle: dans la neige par -17° et -20°, notre moyenne d'âge est de 75 ans!
Fille, petite-fille, cousine et nièce de déportés, comme les autres FFDJF je n'ai pas eu ce badge: nous en sommes encore aujourd'hui tous meurtris, Cette "sélection" à l'entrée de Birkenau, je ne la comprends pas et je la porte en moi douloureusement.
Sarah Wojakowski

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

France | Israël | Reste du Monde | Info / Intox




KIKAR HABUSINESS

Derniers connectés
Jerusalem Immobilier JERUSALEM IMMOBILIER
Deborah HOSATTE
IDEAL Immobilier JÉRUSALEM
Ronny RUBIN
YAELLE AMSELLEM
Catherine ADIDA
David LEVENS
Jean-Luc MORDOH
Sografik SOGRAFIK
Yohan COHEN