Connec'Sion - Professionnels High-Tech Juifs de France
Inscription à la newsletter







Partager

Dieudonné XVI et Benoît M’bala M’bala


Dimanche 8 Février 2009

Voici la quasi-intégralité de l’excellent article de Phillipe Val, publié dans Charlie Hebdo du 4 février 2009 :




Voici la quasi-intégralité de l’excellent article de Phillipe Val, publié dans Charlie Hebdo du 4 février 2009 :
« La sale histoire - celle qui piétine la vérité pour accuser les autres du crime - commence quelques dizaines d’années après la mort du Christ.
Au début, tout était plus simple. On racontait l’histoire de ce Juif palestinien que l’occupant romain avait condamné à mort parce qu’il le jugeait subversif. Les Romains, qui avaient tout pouvoir, avaient tué le Christ, ce fameux Jésus dont on ne savait pas grand-chose, sinon que sa vision du judaïsme contredisait celle des rabbins traditionnels.
Sa légende commence. Les membres de sa secte sont investis de la mission de propager son message. Dans les versions primitives, il n’est pas fait mention de la culpabilité du peuple juif. Mais à partir de l’Évangile le plus tardif, celui de Jean - et c’est vraiment curieux -, les textes disculpent Ponce Pilate, dont la cruauté était pourtant notée par les historiens juifs, comme Flavius Josèphe. Et dans la prédication de Paul on comprend pourquoi. Paul a une vision et un projet politiques. Il veut convertir le monde romain, c’est-à-dire le monde entier moins quelques barbares en lisière.
Mais comment convertir les Romains, tout en les accusant d’avoir assassiné Dieu? Impossible. Ici commence la négation fondatrice du négationnisme à venir. On décide de décharger les Romains de toute responsabilité. Deux générations après les faits, on fait couler une eau mensongère sur les mains de Ponce Pilate en décrétant que ce sont les Juifs qui ont tué le Christ. À partir de là, la conquête du monde romain par le christianisme peut commencer. Elle connaîtra sa victoire deux siècles plus tard, vers les années 310, lorsque l’empereur Constantin se convertira à la religion qui se veut universelle - «catholique», en grec.
Ce mensonge permettra donc au christianisme, en rompant avec ses origines juives, d’avoir accès au reste du monde. L’universel chrétien d’alors, c’est tout le monde moins les Juifs.
Les Juifs, dans la religion chrétienne, seront donc rangés sous la catégorie unique d’«assassins du Christ». Cette exclusion des Juifs d’une humanité censée être sauvée par le message christique est au cœur de la doctrine et traversera allégrement les siècles. Pogroms, dispersion des Juifs d’Espagne, persécutions, maintien hors du droit commun… Jusque avant la Seconde Guerre mondiale, il était coutumier, dans certaines paroisses, notamment en Catalogne et en Espagne, que la messe pascale se termine par ces mots du prêtre à la foule des fidèles: «Et maintenant, on va tuer tous les Juifs!»
Au gré des différentes ruptures au sein du christianisme, schisme d’Orient, puis au xvie siècle, schisme protestant, bien des choses sont remises en cause. Le dogme des Juifs assassins du Christ a survécu.
Sous la rage de Luther ou dans la rondeur papale, l’inflexibilité de cet antisémitisme est un des éléments fondateurs de ce que certains voulaient mettre en tête de la Constitution européenne, à savoir: les racines chrétiennes de l’Europe… »







1.Posté par Richard Schayer le 15/02/2009 10:44
Enfin une explication logique de cause de souffrances du peuple juif.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

France | Israël | Reste du Monde | Info / Intox




KIKAR HABUSINESS

Derniers connectés
Jerusalem Immobilier JERUSALEM IMMOBILIER
Deborah HOSATTE
IDEAL Immobilier JÉRUSALEM
Ronny RUBIN
YAELLE AMSELLEM
Catherine ADIDA
David LEVENS
Jean-Luc MORDOH
Sografik SOGRAFIK
Yohan COHEN