Inscription à la newsletter
 







Partager

FDII, Fédération de Défense contre l’antisémitisme sur Internet


Mardi 23 Novembre 2010

Ce qui apparaissait comme le plus fabuleux outil au service de la liberté d’expression se révèle être un véritable moyen de propagande de la Haine. Surtout, depuis la création des sites gratuits de partage vidéos de type "Youtube" ou ‘’Dailymotion’’ et de réseaux sociaux de type "Facebook" ou "Twitter" où la diffusion de contenus antisémites et négationnistes est volumineuse et quotidienne.




FDII, Fédération de Défense contre l’antisémitisme sur Internet
Deux milliards d’internautes connectés dans le monde, 200 millions de membres sur Facebook en juin 2010, 445 millions d’internautes connectés sur Youtube. Internet est devenu le plus formidable média du 21ème siècle, dépassant de très loin la télévision. L’apparition du web 02 et l’adhésion massive du public pour ces services ont considérablement élargit les possibilités d’échange du réseau. Cependant, ce qui apparaissait comme le plus fabuleux outil au service de la liberté d’expression se révèle être un véritable moyen de propagande de la Haine. Surtout, depuis la création des sites gratuits de partage vidéos de type "Youtube" ou ‘’Dailymotion’’ et de réseaux sociaux de type "Facebook" ou "Twitter" où la diffusion de contenus antisémites et négationnistes est volumineuse et quotidienne. Google est le numéro un incontesté de la recherche sur Internet, avec les deux tiers du marché, 67 % des internautes l’utilisent, 30.000 requêtes par seconde sur l'ensemble des sites Google de la planète, soit 2,5 milliards par jour ou 77 milliards par mois (chiffres juillet 2009). Pourtant, il suffit de taper « juif », « Israël » ou « Talmud » dans le moteur de recherche de « Google vidéo » pour se voir proposer dans les dix premiers résultats, un panel de vidéos appelant à la haine antijuive. Google, moteur de recherche inoffensif distille à grande échelle et en priorité des contenus de type explicitement antisémites. Constatation alarmante lorsque l’on sait que la vidéo a pris une place prépondérante sur le net. En septembre 2010, le service Youtube d’hébergement de vidéos indiquait mettre en ligne 24 heures de vidéo par minute, avec 2 milliards de vidéos vues chaque jour soit près du double de l'audience cumulée des 3 principaux réseaux TV aux USA, (contre 1 milliard en octobre 2009 et 100 millions en septembre 2007). A à ce jour, selon les données de l'entreprise de marketing comScore, plus de 82% des internautes consultent des vidéos. Elle représentera la moitié du trafic Internet dans deux ans. Au vu de ces quelques chiffres, il est aisé et inquiétant de mesurer l’impact de ces contenus sur le public non avertis, et notamment sur les plus jeunes (un public influençable, cible privilégiée des propagandistes). D’après une enquête Ipsos, 44% des 6-8 ans surfent déjà sur Internet et chez les moins de 11 ans, la proportion atteint 70%. La cybercriminalité est devenue un enjeu majeur pour les états et la communauté internationale. Cependant, il n’existe aucune veille organisée du réseau. L'extrémisme idéologique ou politique, s'appuie et manipule les technologies de l'information et de la communication (TIC) pour diffuser son message. Face à la recrudescence des contenus antisémites, les fondateurs de la F.D.I.I (Fédération de Défense contre l’antisémitisme sur Internet), acteurs depuis dix ans sur le Net, ont pris mesure du phénomène et de ses dangers. Ils ont mis en place un dispositif sans équivalent pour lutter contre les contenus violents antisémites sur internet. Fort d’une maitrise technique parfaite du web, ils ont développé un outil (un robot) permettant la veille automatique en temps réel des principales plateformes d’hébergement de contenus et sites qui diffusent des messages d’ordre antisémite, négationniste « illicites » ou « explicitement illicites ». Les contenus illicites sont détectés, triés, analysés et supprimés. Cette veille permanente permet d’identifier et de localiser les sites dont le contenu est illégal dans le cadre très codifié de la législation française, de les signaler à l’hébergeur et de les faire supprimer, d’établir une listes des sites incriminés, de dénoncer aux autorités l’étendue du phénomène et de pouvoir intervenir le cas échéant à l’internationale. Et surtout, de détruire la visibilité des contenus illégaux, tous les blogs, sites et autres liens créés par le passé vers ce contenu ne mènent plus à rien, et tout le travail est à refaire, jusqu'à ce que nous le détruisions à nouveau. A préciser que lorsqu’un contenu illicite est signalé à l’hébergeur et que le contenu est supprimé, souvent tout le compte du contrevenant est fermé avec lui. En clair, ce n’est pas un contenu qui est retirée du réseau c’est parfois des dizaines de contenus. Le mode d'action de la FDII, est terriblement efficace, en cela qu'il optimise au maximum les possibilités offertes par le réseau (TIC) et grâce à une culture internet assez large utilise les mêmes moyens que les propagandistes pour conter maintenant et à l’avenir leur travail. Dans un projet pilote, la FDII a mis en place depuis le 24 avril 2010, une veille permanente sur les sites les plus importants de partage vidéo Dailymotion, Youtube et sur le réseau social Facebook. Après six mois de veille le constat est le suivant  78% des vidéos signalées sont supprimées  Délai de suppression des vidéos diminué de 90% avec une moyenne de 2 jours.  Le nombre de contenus supprimés a été multiplié par 2,5.  Plus de 10000 vidéos supprimées en six mois Des chiffres probants sachant le nombre de vues qu’une vidéo peut enregistrée, une vidéo comme « la Te levy sion » en 37 jours a enregistrée 100 000 vues. A ce jour, aucune association, institution gouvernementale ou non gouvernementale n’a encore obtenu des résultats équivalents. Le potentiel de l’outil technologique est exponentiel. Il est possible de couvrir l’ensemble du web, de décliner notre outil de veille en plusieurs langues, de l’élargir pour tout type de contenus illicites, racisme, xénophobie, terrorisme, etc., Le cadre d’une telle veille doit être mis rapidement en place, si nous ne voulons pas laisser à disposition le média Internet comme lieu d’impunité pour toute expression de haine et d’incitation à la violence. Cependant, notre action est limitée dans son ampleur car on le comprendra nos moyens financiers sont restreints et la question du financement dans la lutte contre les contenus illicites sur Internet est un obstacle incontournable. Pour opérer une veille pertinente et active du net, l'équipe FDII est composé d'un personnel qualifié et performant qui travaille qui doit travailler avec des logiciels évolutifs. En effet, il nous faut continuellement programmer nos logiciels en fonction de l’évolution de nos objectifs, actualiser nos outils, créer de nouvelles applications, assurer la maintenance du site « point de contact FDII», traiter les contenus. Nous proposons aux entreprises, à même de comprendre le défit technologique et idéologique de ce projet de participer à un programme novateur. Nous proposons à tous ceux qui comme nous veulent combattre ce cyber fléau, de devenir actif dans cette lutte et de s’associer avec nous, via le site FDII, pour signaler, supprimer les contenus que nous dénonçons. Nous demandons à tous de nous apporter vos compétences ou vos contacts pour faire avancer notre projet. Enfin et en priorité, nous vous demandons de nous aider à financer cette veille active. Faites partie de la chaîne de suppression des contenus Pour s'inscrire : www.juif.org/fdii/inscription.php Pour nous contacter : Binyamin Benhamou au 01.80.91.66.91 ou contact@juif.org Pour un petit soutien : www.juif.org/dons/fdii.php





Antisémitisme | Droit des nouvelles technologies | Droit Fiscal | Droit du travail | Droit immobilier | Droit International | Droit des personnes