Inscription à la newsletter
 







Partager

Faire son Alyah est un processus difficile, on s’en doute, mais surtout pas insurmontable, rassurez-vous !!!!


Lundi 31 Janvier 2011

Témoignage d'une jeune Ola Hadasha. Pour aider les futurs candidats à l'Alyah.




Faire son Alyah est un processus difficile, on s’en doute, mais surtout pas insurmontable, rassurez-vous !!!!
 


 

Elevée dans les valeurs du sionisme et de la spiritualité juive, ce ne sont pas ces 2 forces qui m’ont pousse a ‘franchir le pas’ mais bien la qualité de vie, ici, en Israël. En effet, j’ai d’abord essaye le pays a 2 reprises ; a 18 ans au lycée puis a 24 ans dans un cadre professionnel. Mais j’ai aussi souvent résidé dans d’autres capitales d’Europe et aux Etats-Unis dans le cadre de mes études. Et ne vous trompez pas ; j’adore ma ville natale ; Paris, ma famille et mes amis la-bas ! Mais bien que souhaitant me réaliser dans le monde de la finance a la suite d’un double Master en Management International de la London School of Economics, j’ai préféré Tel-Aviv et non Londres ou New York !
 

 
 

J’ai fait mon Alyah il y un peu plus d’1 an et après un oulpan de 5mois offert par l’agence juive et 4 mois de recherche active d’emploi j’ai trouve exactement ce que je cherchais : un poste d’analyste au sein d’un Private Equity israelien renomme. Mais oui: l’intégration est possible !!!
 

 
 

Faire son Alyah oblige à relever de nombreux challenges, a traverser bien sur des périodes de doutes, de remise en question, et surtout a opérer un certain changement d’identité. Il est aise de se sentir flexible, international, capable de s’adapter a différentes cultures, mais le caractère temporaire de ces périodes ailleurs fait toute la différence. L’Alyah est un engagement avec le risque d’échec au filigrane. Pourtant, il faut s’efforcer de rester léger comme s’il s’agissait d’une expatriation en Chine par exemple, pour pouvoir persévérer et rester confiant malgré le poids de cet engagement.
 

 
 

L’Alyah est synonyme de changement de culture essentiel par rapport a l’Europe. L’OCDE reconnait Israël comme un pays développé mais il s’agit bien d’un pays levantin avec sa part de nonchalance et de ‘laisser aller’.  Les standards sont différents, de la qualité des chaussures a celle des constructions et des aménagements d’appartement. Il faut les accepter et se soumettre a une culture moins apprêtée et conventionnelle qu’en Europe.  Les israéliens ignorent tout des attitudes de ‘réserve’ qui sont encrées en nous depuis notre plus tendre enfance. Ici, on s'exprime, on s’affirme, on affronte !
 


 

C’est une véritable leçon de vie, croyez moi ! Quelle bonne école d’affirmation de soi, de victoire sur la timidité.
 


 

C’est donc pour cela pourquoi je parle de transformations identitaires. L’Alyah est une intégration et  c’est bien cette capacité de pénétrer et de se construire avec plusieurs cultures qui nous donne un avantage et en particulier sur le marche du travail.
 


 

Il est nécessaire et facile de se réfugier au sein de la communauté française locale, mais quel dommage ! Après tout, on choisi ce pays dans son ensemble.
 

 
 

Il y a également le problème de la langue mais n’oubliez pas : Israël s’est et se construit grâce a ses immigrants. Les israéliens le savent et certains veulent laisser leur chance aux enthousiastes et volontaires. Sortez de votre de zone de confort : c’est essentiel!
 


 

Enfin, les différences de salaire sont élevées. C’est un compromis que j’ai choisi de faire au nom de ma qualité de vie. C’est un choix largement discutable ; c’est certain.
 

 
 

Pour finir, je parlerai de l’attrait puissant de ce pays :la spiritualité. C’est l’élément clé. Je ne suis pas religieuse ; juste traditionaliste mais il m’est impossible d’ignorer cette atmosphère imprégnée d’un petit plus, même ici a Tel Aviv ; vile majoritairement non-religieuse.
 

 
 

Je n’ai pas la prétention de pouvoir rédiger un guide pour les autres ; presque j’ai du mal à définir totalement mes motivations.  Cependant, je voudrais vous faire aimer le gout savoureux de mon aventure en Israël et espérer vous insuffler un peu de cet élan a ‘monter’ vous-même. 
 



Anne-Charlotte DAHAN


 







Dans la même rubrique :

Informations | GVAHIM | ICB - Israel Club for Business | AMI - Antenne Emploi France - Israel | AAEGE-Israel