Connec'Sion - Professionnels High-Tech Juifs de France
Inscription à la newsletter







Partager

LA REVOLUTION NUMERIQUE DU BIG DATA EST EN MARCHE


Vendredi 2 Janvier 2015

Le Big Data est un enjeu majeur. Il vise à collecter les données disponibles dans une entreprise ou sur Internet afin de prédire l’avenir ou l’efficacité d’un médicament. Israël est l’un des leaders s mondiaux. Retour sur le colloque du Technion à Paris le 15 décembre 2014.




Le Big Data vital pour l’avenir

Le Big Data, aussi appelé Mega Données, n’est pas qu’un effet de mode, il fait le buzz de l’actualité scientifique et économique.

Prenez une entreprise d’un secteur donné, collectez l’historique de ses ventes, de ses recherches et publications. Allez sur Internet collecter les données publiques de l’Open Data, par exemple, les données de l’OCDE ou des recherches scientifiques. Utilisez les données de votre navigation Internet sur votre ordinateur,  de votre mobile ou de vos objets connectés. Enfin, allez sur Facebook ou Twitter et surveillez les messages sur l’entreprise ou son domaine.

Stockez dans le Cloud, le fameux nuage numérique qui stocke quelques part vos données. Mixez le tout, trouvez la bonne formule statistique et exploitez les résultats.

Vous avez compris l’essentiel du big data : collecter, agréger et exploiter les milliards de données publiques ou privées.

Le Technion à la pointe de la recherche dans le big data

Cette année, Muriel Touaty, directrice du Technion France, avait choisi judicieusement ce thème pour sa journée technologique.

4 tables rondes rassemblaient des scientifiques, des juristes, des dirigeants d’entreprises et des juristes devant un public de 350 Personnes à la Maison de la Chimie à Paris.
Mme Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche dans le gouvernement Français a inauguré le colloque en rappelant que le big data est l’un des 34 plans majeurs de la France.

En ces temps difficiles pour  les relations franco-israéliennes, elle a tenu à saluer la coopération scientifique  et économique entre les deux états. Le Technion a déjà signé des accords importants d’échange avec des universités et écoles Françaises et de transferts de technologie vers des entreprises tricolores.

Le tsunami numérique

Le big data change radicalement la manière de créer de la valeur ajoutée. Il s’intéresse avant tout aux usages de ces données plutôt qu’à une nouvelle offre technologique. Les secteurs des Finances, de l’Assurance, de la Médecine, en sont les bénéficiaires principaux.

Kira Radinsky est le parfait exemple des entrepreneurs issus du Technion . Arrivée de Kiev à l’âge de 4 ans en 1991, elle a fondé SalesPredict dont l’objectif est de prévoir à l’avance les résultats d’une négociation. Ses algorithmes géniaux ont permis de prévoir l’épidémie de choléra à Cuba en 2012. La source de cette prédiction ? L’analyse des sécheresses du nord-ouest du Bangladesh dans les années 60 ! Kira annonce une fiabilité de ses prévisions de 70 à 90 %.

Ce prodige est devenu la coqueluche des médias Français, Canal Plus et le Point en tête. A 27 ans à peine, elle a été classée par le MIT parmi les 35 inventeurs les plus innovants de moins de 35 ans.
 
Dans le secteur de la santé, le big data permet d’économiser des frais de recherche conséquents. Ainsi, un médicament utilisé pour traiter le cancer peut servir maintenant à soigner la sclérose en plaques.  L’exploitation massive des données et la modélisation des effets des médicaments engendrent une réduction des durées des recherches.

Dans la communication, il est possible maintenant d’analyser très précisément l’impact d’une photo d’une égérie d’une marque sur les ventes des produits de luxe. La publicité, toujours friande de ces techniques, entre dans la phase du marketing  prédictif.

Le rôle fondamental de la formation

Le Data Scientist doit être à la fois informaticien, mathématicien, statisticien et expert du métier, ce qui est une denrée rare.  

A cela, le Technion répond par des formations de haut niveau pour l’analyse des données du big data. Il se propose aussi d’éduquer les experts à l’exploitation des données. Peretz Lavie, président du Technion, dit justement qu’il faut » apprendre à trouver le bon livre dans une bibliothèque gigantesque ».

En France, une centaine de Masters sont en lice pour former les meilleurs praticiens. Ce besoin redonne  un coup de projecteur au prestige des mathématiciens.

L’axe stratégique de l’exploitation des données

En 2014, le décodage du génome humain ne coute plus que 1000 dollars contre plusieurs milliers dix ans avant.

En 2020, un tiers des données seront stockées dans le cloud et 50 milliards d’objets seront connectés au web.

Une étude du Boston Consulting Group a démontré que l’exploitation des données créer une valeur ajoutée d’un tiers du chiffre d’affaire, mais procure deux tiers d’économies.

Un nouveau type de référentiel doit être crée : des données classiques et certaines d’une entreprise, on passe aux données incertaines et non normalisées des échanges sur Internet.

On saisit mieux le contraste entre la facilité de générer des données et la difficulté de les structurer et de les analyser.

Big Data ou Big Brother ?

Les données proviennent pour la plupart de sources ouvertes au grand public : l’open data des grandes institutions internationales ou des universités, ou des réseaux sociaux. La problématique de l’utilisation des données devient alors cruciale.

Les données traversent les frontières, le Technion va échanger des données avec le MIT aux USA  et l’Ecole Polytechnique en France.

Les individus ne peuvent contrôler l’usage de leurs données personnelles, mais ont des droits trop peu souvent utilisés : droit à l’oubli, droit de propriété sur leurs données personnelles, droit à la révélation de l’usage fait de leurs données.

Ce droit à l’intimité numérique est placé en confrontation directe avec l’anonymisation des données. Par exemple, des chercheurs et médecins vont utiliser des données agrégées sur l’hypertension d’une classe d’individus dans un contexte donné. Ils ne vont pas utiliser le dossier médical de M. X ou Mme . Y dans un volume de plusieurs milliards de données.

Le Big Data, source de profits ?

La compétition ne fait que commencer. Les enjeux sont énormes et encore indéfinissables.
L’écosystème israélien, notamment à Haifa où Technion, start-ups et leaders mondiaux du high-tech cohabitent, est un atout dans cette lutte de l’exploitation prédictive des volumes infinis de données.

Israël a investi d’ores et déjà ce domaine et mise sur l’internationalisation de son savoir-faire et de sa technologie. Israël peut encore tirer son épingle du jeu et devenir l’un des leaders mondiaux de la technologie de demain.

C’est ce croient que les 350 personnes présentes au colloque du Technion, depuis Gilles Babinet, champion du Numérique pour la France à Yannick Bolloré, PDG du groupe Havas : Israël champion du big data du 21ème siècle ?
 
Bernard MUSICANT
 
 
 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

High-Tech | Médecine | Sciences | Economie




KIKAR HABUSINESS

Derniers connectés
Jerusalem Immobilier JERUSALEM IMMOBILIER
Deborah HOSATTE
IDEAL Immobilier JÉRUSALEM
Ronny RUBIN
YAELLE AMSELLEM
Catherine ADIDA
David LEVENS
Jean-Luc MORDOH
Sografik SOGRAFIK
Yohan COHEN