Connec'Sion - Professionnels High-Tech Juifs de France
Inscription à la newsletter







Partager

Taux de chômage et PIB : Israël bonne élève de l'OCDE


Jeudi 30 Décembre 2010

Malgré la crise qui frappe encore les Etats de l'OCDE, Israël enregistre une hausse de son P.I.B et un taux de chômage relativement bas. L'économie semble très réactive et le pays se relève plus vite que ses pairs de l'OCDE. Seul point noir la répartition des richesses...




Titre original : LE PIB A AUGMENTÉ DE 4,5% POUR SE MONTER À 218 MILLIARDS DE DOLLARS. Le revenu par tête s'est établi à 28.500 dollars, soit une progression de 2,7%.
Source : israelValley

Le produit intérieur brut (PIB) israélien a augmenté de 4,5% en 2010, selon l’Institut de la Statistique qui publie un bilan provisoire de la croissance israélienne. Le PIB s’est monté à 811 milliards de shekels sur toute l’année 2010, soit 218 milliards de dollars.

Dans un communiqué qui clôture l’année 2010, les statisticiens israéliens ont présenté à la presse les premières estimations pour l’année qui vient de s’achever. Contrairement à la croissance très faible de 2009 (0,8%), il s’avère que le PIB israélien a augmenté rapidement au cours de l’année écoulée et même plus fortement que prévu: les dernières estimations pour 2010 ne dépassaient pas les 4%, contre l’estimation actuelle de 4,5%.

Un niveau de vie de 28 500 $ par tête

Sur toute l’année 2010, le PIB par tête s’est monté à 106.400 shekels ou 28.500 dollars. Dans la mesure où la population israélienne a augmenté de 1,8% au cours de 2010, le PIB par tête a augmenté de 2,7% en 2010. A titre de comparaison, le PIB par tête dans les pays de l’OCDE a augmenté de 2,3% en moyenne en 2010.

Dorénavant, la crise mondiale qui a touché l’économie israélienne à la fin de 2008 et en 2009 n’est plus qu’un mauvais souvenir. Pour 2010, les prévisions de l’emploi indiquent un taux de chômage de 6,7%, soit bien moins que dans les pays de l’OCDE où le chômage moyen est de 8,3%.

Trois tendances fortes en 2010

Les statisticiens relèvent trois tendances fortes de l’économie israélienne en 2010: la rapide croissance des exportations au premier semestre puis un ralentissement au second semestre; une consommation des ménages qui reste forte, mais qui tend à se ralentir en fin d’année; une hausse continue des investissements en capital fixe, immobilier compris.

Ce bilan pour 2010, même provisoire, est sans équivoque: l’économie israélienne a connu un démarrage plus rapide que toutes les autres économies occidentales, et sa croissance est plus forte que la moyenne de l’OCDE. Néanmoins, si la croissance est au rendez-vous, elle ne profite pas également à tous les Israéliens: en 2010, un record de pauvres a aussi été enregistré avec 1,7 million d’Israéliens vivant en dessous de la ligne de pauvreté.







Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

High-Tech | Médecine | Sciences | Economie




KIKAR HABUSINESS

Derniers connectés
Jerusalem Immobilier JERUSALEM IMMOBILIER
Deborah HOSATTE
IDEAL Immobilier JÉRUSALEM
Ronny RUBIN
YAELLE AMSELLEM
Catherine ADIDA
David LEVENS
Jean-Luc MORDOH
Sografik SOGRAFIK
Yohan COHEN