Connec'Sion - Professionnels High-Tech Juifs de France
Inscription à la newsletter


Recherche



Galerie Video
Israël
19/01/2009 | 2131 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Israël
13/01/2009 | 2507 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Israël
12/01/2009 | 2358 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire








Partager

Une nouvelle "flottille de la liberté" doit bientôt prendre le chemin de Gaza.


Vendredi 17 Juin 2011

l y a tout juste un an, les forces israéliennes arraisonnaient la fameuse flottille à destination de Gaza, présentée comme "pacifique" et "humanitaire" et qui en fait comprenait des militants en armes venus provoquer Israël et aboutir à cette confrontation violente et médiatiquement porteuse.




Il y a tout juste un an, les forces israéliennes arraisonnaient la fameuse flottille à destination de Gaza, présentée comme "pacifique" et "humanitaire" et qui en fait comprenait des militants en armes venus provoquer Israël et aboutir à cette confrontation violente et médiatiquement porteuse.

Une nouvelle "flottille de la liberté" doit bientôt prendre le chemin de Gaza. Elle comprendra notamment un "bateau français pour Gaza" qui partira de Marseille et qui a obtenu le soutien du Conseil général Rhône-Alpes grâce à un vote le 27 mai réalisé avec les voix des écologistes, du Front de gauche, du parti socialiste et du Front national. Un vote mêlé lourd de sens et d'enseignements. Tous ne semblent pas être étouffés par de grands scrupules ni empreints de grands principes.

L'objectif de la flottille est clair : mettre à nouveau les projecteurs sur le soit disant désastre humanitaire à Gaza, au moment où va s'ouvrir à l'ONU le débat sur la création d'un Etat palestinien. Mais de quoi parle-t-on ? Quelques réalités doivent être rappelées face au piège de la désinformation.

D'une part, le blocus mis en place par Israël en 2006 pour des raisons de sécurité, et présenté comme la raison de tous les maux, est progressivement allégé depuis juin 2010. Les personnes ayant besoin de soins médicaux qui répondent à des critères stricts de sécurité sont autorisées à sortir en empruntant soit le passage d'Erez vers Israël, soit celui de Rafah vers l'Égypte qui devrait en outre être bientôt ouvert, et ce de façon quasi permanente, en conséquence de la nouvelle donne politique en Egypte. Selon le directeur des opérations de l'Office de Secours et de Travaux des Nations Unies pour les Réfugiés de Palestine au Proche- Orient (UNRWA), les biens de consommation courante entrent régulièrement dans la zone par les points de passage officiels.

D'autre part, Gaza est entièrement sous contrôle du Hamas depuis le retrait d'Israël en 2005, et c'est bien vers cette organisation reconnue comme terroriste par la plupart des démocraties que les défenseurs du développement écono- mique à Gaza doivent se tourner. C'est à elle qu'ils doivent demander des comptes. C'est le Hamas qui détient le pouvoir absolu. C'est le Hamas qui organise la vie de la cité. C'est le Hamas qui contrôle la police et les forces de sécurité. C'est le Hamas qui a préféré mettre tous ses moyens et toute son énergie contre les civils israéliens plutôt qu'en faveur des civils palestiniens. C'est le Hamas qui n'a jamais abandonné l'arme du terrorisme et qui détient Guilad Shalit, se mettant de facto à dos la communauté internationale et son aide. C'est le Hamas enfin qui entretient des liens très étroits avec son riche et grand frère iranien sans toutefois que ce dernier ne remplace au profit des habitants son aide militaire et terroriste par une aide financière et économique.

Enfin et surtout, le développement économique de Gaza existe quand bien même la situation demeure-t-elle fragilisée par un chômage élevé et une structure de la population déséquilibrée (50% a moins de 18 ans). Il est vrai que la désinformation permanente martèle que la vie à Gaza est insupportable, que Gaza est "une prison à ciel ouvert". La réalité est autre. "Il n'y a pas de crise humanitaire à Gaza", affirmait l'adjointe de la délégation de la Croix rouge dans la Bande de Gaza, Mathilde de Riedmatten, dans une conversation avec le site internet de Tsahal. Elle déclarait que si vous vous rendez au marché de Gaza, les étalages sont remplis de produits alimentaires. Il y a également des restaurants et un front de mer très agréables. De nombreux medias anglo- saxons, qui résistent à la propagande ambiante, témoignent que le carburant est bon marché, qu'il y a foule dans les cafés, que les constructions fleurissent, que des centres commerciaux modernes ont ouvert leurs portes à l'été 2010, et des habitations de luxe apparaissent. Il faut être aveugle, ou fermer les yeux, pour ne pas voir la vérité en face : la croissance économique existe à Gaza. Selon le FMI, elle aurait atteint 15 % en 2010. Le Hamas paie les salaires des forces de police et militaires, mais c'est l'Autorité palestinienne, contre qui le Hamas a lutté pendant des années avant les étranges retrouvailles récemment célébrées, et l'aide internationale (près de 8 milliards de dollars depuis 2008) qui subviennent aux besoins de la population. Un récent rapport parlementaire britannique indiquait en outre que l'économie souterraine, en provenance notamment d'Egypte, était à l'origine d'une très large partie du développement économique.

Toutes ces vérités, Israël les rappelle sans cesse et en vain. Au lieu de soutenir des expéditions provocatrices et partisanes, certains feraient mieux de reconnaitre la réalité telle qu'elle est. Au moment où, dans des affaires de moeurs politiques bien peu glorieuses, la présomption d'innocence est à juste titre réclamée pour des personnalités qui défendent leur honneur et leur avenir, il serait grand temps que dans d'autre domaines, bien plus importants, soit instaurée et respectée la présomption de vérité pour des démocraties souveraines qui défendent leur sécurité, et donc leur survie.

Philippe Meyer
Directeur d'Information Juive






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

France | Israël | Reste du Monde | Info / Intox




KIKAR HABUSINESS

Derniers connectés
Jerusalem Immobilier JERUSALEM IMMOBILIER
Deborah HOSATTE
IDEAL Immobilier JÉRUSALEM
Ronny RUBIN
YAELLE AMSELLEM
Catherine ADIDA
David LEVENS
Jean-Luc MORDOH
Sografik SOGRAFIK
Yohan COHEN